Accueil > Dossiers > Publicité sexiste > Femme fatale de papier glacé : l’arnaque publicitaire.

-= Voir en ligne : découvrez la fraude...  =-

Femme fatale de papier glacé : l’arnaque publicitaire.

mardi 19 décembre 2006

Le site www.zorra.be (l’asbl n’est malheureusement plus active) propose en ligne une déconstruction de l’image d’une femme en une d’un magazine people.

Accédez directement à la démo en cliquant ici


Voyez également ces autres exemples édifiants de trucage d’image et d’uniformisation de l’idéal physique féminin :
1-bikini
2-visage


Extraits choisis d’un texte du Collectif contre le publisexisme

QU’EST-CE QUE LE PUBLISEXISME ?

L’ensemble des images exposées dans l’espace public qui exploitent les clichés sexistes ou les stéréotypes de la virilité et de la féminité relève selon nous d’un phénomène que nous appelons le publisexisme. Dans notre société de l’image où le virtuel est roi, la reproduction constante et omniprésente de ces visuels n’est pas anodine. La publicité à elle seule nous bombarde en moyenne 2500 fois par jour de messages qui sont autant d’injonctions à consommer, mais aussi de commandements pour atteindre les normes caricaturales et irréelles qu’elle nous présente. Le corps féminin est le principal argument des publisexistes pour faire passer leur message, quel qu’il soit. Soumis aux normes aliénantes d’une beauté stéréotypée et symbole du plaisir sexuel ou de la maternité, le corps des femmes est plus que jamais instrumentalisé. On peut nous rétorquer que les hommes aussi sont traités comme des objets et enfermés dans des clichés, c’est oublier qu’il n’y a jamais de symétrie et que les uns sont présentés comme dominants et les autres comme soumises.

Les images des femmes objets sexuels renforcent l’idée que le corps féminin est disponible et peut être approprié par tous ceux qui le désirent. Elles participent à la construction des normes de genre et signifie cette division de l’humanité en deux catégories inégales. D’un côté : des hommes bâtis sur le rôle de dominateur, actifs, puissants, violents. De l’autre : des femmes conformes à leur place de dominées, passives, faibles, séductrices. Ces schémas ne sont pas d’inoffensifs stéréotypes : ils modèlent les identités des individu-es et les rapports sociaux (entre hommes et femmes, mais aussi entre hommes et entre femmes). Nous pensons qu’il est indispensable de modifier les représentations qui nous entourent et par là, nos représentations mentales.

Nous pensons que seul un changement de mentalité mènera à la disparition du sexisme et de ses manifestations (inégalités de salaires, violences dans la rue et au foyer, travail domestique pris en charge par les femmes...). Pour démonter les normes, prenons le publisexisme pour cible, n’acceptons plus de lui laisser des espaces où s’exprimer.

Le texte original est disponible dans son intégralité sur le site du Collectif contre le publisexisme.


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité