Accueil > Dossiers > Publicité sexiste > Des membres actives de Vie Féminine Bruxelles dénoncent la publicité sexiste (...)

Texte de Vie Féminine Bruxelles

Des membres actives de Vie Féminine Bruxelles dénoncent la publicité sexiste et agissent !

lundi 8 janvier 2007

Trois messages de Vie Féminine Bruxelles.


La publicité sexiste

Un groupe de membres actives de l’organisation féministe Vie Féminine Bruxelles a décidé de dénoncer la publicité et en particulièrement celle sexiste. Elles s’attellent à cette tâche depuis le printemps, et ont décidé de porter publiquement leur travail par l’organisation d’une journée d’étude qui se tiendra le samedi 3 mars à Bruxelles toute la journée. La préparation de cet événement est un processus de prise de conscience, qui débouchera sur une meilleure connaissance des mécanismes publicitaires via notamment l’analyse de l’image des femmes véhiculées dans la publicité.
Elles travaillent avec l’Asbl Respire qui apporte son soutien dans l’analyse des messages publicitaires exposés dans l’espace public. Elles font un appel public de récolte de publicités sexistes qui seront exposées le jour de la journée d’étude. Et tout dernièrement, elles ont marché dans le centre ville de Bruxelles pour repérer et analyser des publicités sexistes. Les analyses de publicité sexistes observées durant cette marche seront exposées lors de l’événement du 3 mars.

Enfin, se profile tout doucement la création d’un comité de vigilance pour dénoncer les valeurs véhiculées dans la publicité qui vont à l’encontre des valeurs défendues par le mouvement de Vie Féminine basées en essence sur l’égalité entre les hommes et les femmes pour une société démocratique et juste.
Oxfam sera la première cible de ce comité de vigilance ! Celui-ci souhaite réagir face aux publicités sexistes contenues dans la campagne publicitaire d’Oxfam prônant le commerce équitable où l’on y voit, par exemple, la photo d’une nonne au dessus de laquelle est inscrit "Huile extra vierge" ! (voir sur Internet le site d’Oxfam). Imagineriez-vous la même publicité avec un curé ?

Pour en savoir plus et nous rejoindre dans l’action, rendez-vous le samedi 3 mars 2007 pour une journée de réflexion pour mieux comprendre et agir collectivement.

N’hésitez-pas non plus à collecter des publicité sexistes qui vous choquent ajoutées d’un commentaire personnel et les envoyer avant le 1 mars à Vie Féminine Bruxelles au 231 rue Royale, 1210 Bruxelles.
Pour plus d’infos, contacter Magali Verdier au 02 513 69 00.

Magali Verdier pour Vie Féminine Bruxelles.

*
* *


En route pour la chasse aux pub sexistes...

Le temps venteux et pluvieux n’a pas démotivé les troupes. Nous étions une petite dizaine fidèles au rendez-vous ce vendredi 8 décembre après-midi équipées d’un appareil photo et de solides parapluies pour marcher dans le centre ville de Bruxelles. Le but de cette marche était de photographier toutes les publicités rencontrées dans l’espace public où figuraient des femmes. Puis, dans un second temps, nous sommes allées nous réchauffer dans un café pour analyser l’image de la femme véhiculée par les images publicitaires.

Pour se livrer à cet exercice, nous avons répondu aux questions suivantes :

- Que ressentons-nous quand en voyant cette image ?
- Quel rôle attribue-t-on la femme ?
- Que suggère l’image ?
- La place de la femme est-elle justifié au regard du produit que l’on souhaite vendre ?
- Qui est l’annonceur : une entreprise privée, une autorité publique ?
- Dans quelle catégorie peut-on classer la publicité ? (par exemple : Fantasme ou stéréotypes féminins ?)

Deux cas d’analyse qui méritent d’être cités :

La publicité "Plaisir d’hiver" de la ville de Bruxelles pour faire la promotion des activités festives de Noël du centre ville. L’on y voit un bikini tricoté en laine blanche exposé sur un fond rouge avec l’intitulé "Plaisir d’Hivers".
Quel rapport entre un bikini que les femmes portent généralement l’été à la plage et la patinoire installée à la place Sainte-Catherine se demande le groupe ? !
Le corps de la femme est absent de l’image, mais sa présence suggérée par le bikini le rend paradoxalement central. Cette publicité renvoie selon nous à l’imaginaire de la femme dans une maison close, associe femme et sexualité voire prostitution. Le titre contenant le mot "plaisir" est tout aussi évocateur.
Quel lien avec le marché de Noël, répétons-nous, indignées ? ! Ce qui est d’autant plus choquant pour nous dans cette publicité, c’est que l’annonceur est un pouvoir public, la ville de Bruxelles !

La publicité « Damart » qui montre une mère assise sur une chaise à côté de sa fille allongée sur un lit dans une chambre au décors bourgeois est tout aussi insidieuse que "Plaisirs d’hivers" dans son évocation de la petite fille.
Outre le rôle de mère associé de façon stéréotypée à la femme (cela aurait aussi bien pu un être un père à côté de sa fille) que l’image véhicule, à y regarder de près, l’on remarque que le visage de la petite fille est fortement maquillé, à la différence de celui de sa mère, et ressemble à une « poupée Barbie ». N’y verrait-on pas là une soupçon d’évocation à la prostitution / au proxénétisme ? !

Cette marche a été pour nous l’occasion de décoder la pub et les non-dits qui y sont contenus, prendre conscience des valeurs véhiculées au travers des images publicitaires dans l’espace public par rapport aux femmes et in fine de la « pollution intellectuelle et visuelle » qu’elle engendre. Cette marche fut également l’occasion de se réapproprier l’espace public au travers d’une action collective.
La méthode qui consiste à partir en groupe dans la rue nous a permis de prendre le temps de s’arrêter devant ces publicités affichées dans l’espace public pour réfléchir à l’impact qu’elles ont sur nous et nous a rendu d’autant plus conscientes que les passants n’y portent aucune attention critique, alors même qu’ils sont influencés par ces messages.
Enfin, la réflexion collective menée à la fin de la marche dans un café indique, comme il semble nécessaire de le rappeler aux publicitaires et annonceurs, que les femmes ne sont pas que mères, femmes au foyer, objets de désir sexuel, mais aussi femmes investissant la sphère publique pour réfléchir, discuter et agir sur des sujets importants !

Magali Verdier
Pour le groupe de travail "Publicités sexistes" de Vie Féminine Bruxelles.

*
* *


Colloque sur la publicité sexiste le 3 mars

Vie Féminine Bruxelles, avec le soutien de l’Asbl "Respire" et le Collectif solidarité contre l’exclusion, vous invite une journée d’étude pour débattre, réagir et agir !

Date : le samedi 3 mars de 9h30 à 17h.
Lieu : 41 rue Philomène, 1030 Bruxelles
Accès : métro Botanique, trams : 92, 93, 94 - bus : 59, 61, 107, 108, 110.

P.A.F. : 5 € , 3 € pour étudiants et chômeurs, 10 € pour associations + une publicité sexiste !
Sandwich et boisson : 3 €


Inscription à Vie Féminine Bruxelles par téléphone au 02 513 69 00 avant le 28 février.
Personne de contact pour plus de renseignements : Magali Verdier au même numéro de téléphone ou par mail : responsable-bruxelles@viefeminine.be

Le programme exact de la journée sera disponible à partir de la fin janvier. Pour en prendre connaissance, téléphoner à Vie Féminine Bruxelles ou regarder sur le site de Vie Féminine : www.viefeminine.be


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité